Club XXIe Siècle

Le billet d’humeur du XXIe Siècle : Black Panther & Jeanne d’Arc

Publié le 13 mars 2018

 Billet d'Humeur

 

Il est souvent instructif et amusant de relier des évènements simultanés et similaires qui se produisent dans l’actualité, afin d’en tirer des enseignements. C’est notamment à cela que servent les éditoriaux ou billets d’humeurs tels que celui-ci. D’autres fois, c’est au contraire le contraste saisissant entre deux informations qui nous étonne et suscite notre réflexion. C’est bien le cas ces jours-ci avec le triomphe mondial et hexagonal du film « Black Panther » et les polémiques successives qui ont entouré le choix d’une jeune métisse, Mathilde Edyey Gamassou pour incarner Jeanne d’Arc lors des fêtes johanniques d’Orléans et le courrier d’insultes racistes envoyé à la députée Leatitia Avia – par ailleurs membre du Club.

Comment expliquer ce grand écart ? D’une part une avancée apparemment décisive dans la représentation de la diversité au cinéma, sanctionnée par un succès populaire sans précédent, qui touche toutes les catégories de la population. Et d’autre part des manifestations de crispation violente et d’hostilité face à la différence visible de l’autre, perçue comme une atteinte intolérable à des institutions nationales : le personnage et le mythe de Jeanne d’Arc d’un côté, le mandat de député(e) de l’autre. C’est bien de représentation nationale dont il est ici question, symbolique ou effective. Et donc de la façon dont nos concitoyens s’imaginent le Monde et la France – de la manière dont nous nous voyons nous même, ce qui n’est pas anecdotique.

A vrai dire T’Challa, le souverain de Black Panther a pour nous l’exotisme des super héros importés par Hollywood, ce qui explique sans doute son succès. Au fond il n’est profondément « pas d’ici » et donc pas ressenti comme une menace par la fraction la plus conservatrice de notre société. Mais il résonne puissamment auprès d’une autre partie des français – et notamment beaucoup de jeunes – en mal de représentation et de modèles positifs.  Souhaitons en tout cas que cette jeunesse ne se détourne pas du symbole fédérateur de Jeanne (une jeune femme qui a su défier les conventions et conservatismes de son temps) parce que certains veulent lui dénier la possibilité de représenter nos valeurs nationales – ou la priver de l’espoir légitime de participer un jour à la vie politique et institutionnelle de notre pays. Nous essaierons en tout cas d’y contribuer à notre mesure !

Jacques Galvani
Président du Club XXIe Siècle

Club XXIe Siècle,
Le billet d’humeur du XXIe Siècle : Black Panther & Jeanne d’Arc