Club XXIe Siècle

Dîner-débat avec Karim Hajjar : comment impliquer davantage les marchés financiers dans la préservation de la planète

Publié le 4 décembre 2018

Jeudi 23 novembre, le Club du XXIe Siècle invitait pour son dîner-débat Karim Hajjar, DG Finance du groupe Solvay. Au programme, son parcours international atypique, et surtout son engagement pour le développement durable.

Souriant, Karim Hajjar parle volontiers de son passé de réfugié libanais au Royaume-Uni, comme de son parcours en entreprise et de son engagement écologique. Son parcours exemplaire au sein de grandes entreprises multinationales, Karim Hajjar le revendique. « Je suis un financier et j’en suis fier. Je suis un capitaliste pur et dur et j’en suis fier ». Lui qui se présente comme un « optimiste de nature » n’oppose pas finance et écologie. Une politique écologique ambitieuse ne peut être menée sur le long terme qu’avec le soutien d’une finance responsable.

Engagé pour conjuguer éco-nomie et éco-logie.

Fédérer le monde économique et les marchés autour de l’écologie : c’est donc l’engagement pris par Karim Hajjar suite à une discussion constructive avec son fils à propos de l’impact environnemental des activités de Solvay. « À ce moment-là, j’ai compris la leçon donnée par mon fils » raconte-t-il. « J’ai d’abord mené une démarche seul dans le cadre de mes fonctions de CFO, puis au sein du groupe Solvay. Finalement, la discussion menée au sein du Groupe m’a permis de reformuler le projet et de l’intégrer dans les projets du Groupe. »

Questionné sur le rôle de la loi pour pousser les organisations à adopter des politiques plus responsables, il assume une position libérale « On peut aller beaucoup plus vite que les lois ». Les démarches responsables créent de la valeur et le monde de l’entreprise le sait. Ces dernières années, les thèmes environnementaux ont pris une place croissante dans les débats publics, un signal positif qu’il faut maintenant transformer en actes, notamment au niveau de la sphère économique.

Le climat est un défi qui ne se résoudra pas par la politique de l’autruche. « Ça coûte cher, ça va coûter encore et encore plus cher » Karim Hajjar conclura sa présentation par un appel :

« Ce qu’il faut faire, c’est créer une mécanique qui motive les sociétés à avancer sur ces sujets : on ne peut plus se permettre d’attendre ».

Retrouvez les photos de l’événement sur Flickr.

Club XXIe Siècle,
Dîner-débat avec Karim Hajjar : comment impliquer davantage les marchés financiers dans la préservation de la planète