Non classé

Dîner-débat avec Stanislas Guerini, délégué général de La République En marche.

Publié le 4 octobre 2019
Le Club XXIe Siècle accueillait le 24 septembre dernier pour son dîner-débat Stanislas Guerini au Marriott Opéra Ambassador, en présence notamment de parlementaires membres du Club, Laetitia Avia, députée de Paris, présidente du Bureau exécutif de LaREM et porte-parole, Sira Sylla, députée de la Seine-Maritime, de Bariza Khiari, ancienne vice-présidente du Sénat, membre du Club et Said Ahamada, député de la 7ᵉ circonscription des Bouches-du-Rhône.
Le délégué général de La République En Marche, issu de l’immigration italienne par son grand-père, a d’emblée souligné que les actions faites par le Club étaient précieuses et de qualité.
Il a également mentionné sa fierté d’être français au moment du G7 à Biarritz.
Pour lui, l’immigration et l’intégration sont des sujets qui nécessitent d’être débattus aussi bien d’un manière globale que d’une manière plus approfondie en les liant à la politique d’immigration économique, par un dialogue tant avec les partenaires sociaux qu’avec les régions.

La « diagonale » avec les parlementaires sur ces thèmes permet d’honorer la promesse de l’égalité des chances.

« La diversité et ses apports : on ne peut améliorer que ce que l’on peut mesurer »

Sur la diversité, le parti En Marche est composé d’¼ de femmes et de ¾ d’hommes, avec des programmes de mentoring et de formation pour l’engagement des femmes dans la vie politique.
Le député de la 3ème circonscription de Paris est favorable à un amendement sur la diversité dans le cadre de la loi Pacte.

La politique d’égalité entre les femmes et les hommes dans les entreprises va être évaluée grâce à un baromètre qui va mesurer précisément les entreprises qui œuvrent pour cette égalité, des sanctions financières seront appliquées si la situation n’a pas été modifiée.
Quitte à en venir au « name and shame », qui consiste à dénoncer publiquement une personne, une entreprise, une institution pour ses mauvais agissements.

« Les statistiques ethniques : ces questions sont à objectiver dans les entreprises »Les premières questions des membres du Club ont porté sur l’immigration, les valeurs et les innovations du parti LaREM, l‘immigration et la politique d’évolution démographique.

Stanislas Guerini a répondu qu’actuellement l’immigration dépend du de l’intérieur. Sa préconisation est qu’une agence soit créée, et qu’elle soit sous la tutelle de ministères différents pour enrichir la vision devenue transversale.
Des moyens supplémentaires sont à considérer sur les politiques d’intégration, notamment en mettant en place des programmes d’intégration par le travail, comme par exemple le programme Hope existant.L’immigration et l’intégration sont des sujets importants, tant pour des raisons démographiques, qu’économiques, géopolitiques et environnementales.
Il précise qu’une augmentation des demandeurs d’asile est à noter : la France est une terre d’asile, c’est un droit international lié aux valeurs de la France, il n’a donc pas à être modifié.
Cependant, des différences existent entre les pays Européens.
Une agence européenne concernant la demande d’asile doit harmoniser le sujet avec un principe de reconnaissance mutuelle entre les pays européens quand une demande est déposée. C’est un principe de coopération et de solidarité européenne.Les questions suivantes ont concerné la gestion des flux migratoires (300 000 Africains selon l’OCDE) et la sous-traitance à des pays de la gestion des flux migratoires (exemple la Libye).
Ont été évoqués également le refus du racisme, de la xénophobie, la lutte contre les discriminations, le racisme et la parole présidentielle attendue pour freiner le mouvement ascendant de ces thèmes.
« Les chances et les opportunités que l’immigration représente pour notre pays »
La notion d’émancipation individuelle est un palier pour l’égalité réelle et constitue le fondement de son engagement dans la vie politique : les questions relatives à l’égalité des chances, aux égalités « réelles » sont évidentes.
Il souligne que le plus important est d’apporter des solutions, que la parole a peu de valeur et de crédibilité et que c’est par les actes et les preuves que nous pourrons convaincre et retrouver la crédibilité auprès des citoyens.Il faut regarder la situation de certains quartiers, qui paient un prix élevé, un lourd tribut, avec des camps sauvages et beaucoup de pauvreté. Il faut y apporter des solutions.
A une question sur la jeunesse « qui n’y croit plus « le délégué général a répondu que c’est la responsabilité des dirigeants politiques, que c’est un projet de société et il a souligné l’importance des mots que l’on doit prononcer pour entrainer notre jeunesse.
Et de conclure cette soirée riche en enseignements et en débats par cette phrase : « faire le choix de la raison et de l’intelligence collective sur le choix de la menace et de l’exclusion systématique, cela renforce également les formations politiques ».
Club XXIe Siècle,
Dîner-débat avec Stanislas Guerini, délégué général de La République En marche.